Descriptif des études et débouchés

Du bachelier au master

Transition

La 1re année de formation est commune aux 2 bacheliers proposés par la Faculté. Elle est avant tout consacrée à une approche générale du fonctionnement des sociétés humaines souvent peu abordées dans le secondaire. C’est en quelque sorte un tremplin vers les années futures. En proposant un parcours rigoureux à travers des disciplines telles que le droit, l’histoire, l’économie, la psychologie et, bien entendu, la sociologie et l’anthropologie, elle permet de vous familiariser avec des matières nouvelles, vous acclimater aux études et à la vie à l’Université. Découvrir de nouvelles matières, acquérir de nouveaux outils, s’adapter à un nouvel environnement et en appréhender les exigences : ce sont les enjeux de cette année de transition.

Orientation progressive

Dans les années qui suivent, les bases théoriques et méthodologiques des sciences humaines et sociales sont approfondies avant de se spécialiser dans l'un ou l'autre master.

En Bachelier en Sociologie et Anthropologie, vous êtes amené à vous orienter vers l’une des 2 options suivantes (15 crédits) :

  • Sociologie ;
  • Anthropologie.

Quelle que soit l’option choisie, tous les masters de la Faculté restent accessibles aux diplômés de Bachelier en Sociologie et Anthropologie.

Si vous optez pour le Bachelier en Sciences Humaines et Sociales, vous devez effectuer un choix d’option parmi 4 disciplines distinctes :

  • Gestion des ressources humaines et Sciences du travail ;
  • Sciences de la communication ;
  • Sciences politiques ;
  • Criminologie.

Quelle que soit l’option choisie, le diplômé de bachelier en Sciences Humaines et Sociales a accès à tous les masters organisés par la Faculté.

Après les bacheliers, ou via une passerelle, vous êtes amené à vous spécialiser en vous inscrivant dans l’un des masters suivants :

La réorientation vers l’autre programme de bachelier est possible pendant ce 1er cycle.

Cette liberté de vous forger un parcours propre ne nuit pas pour autant à la cohérence de votre formation, qui est assurée par un tronc commun théorique et méthodologique conséquent. Enfin, pour que ce parcours soit réfléchi et efficace, l’équipe des enseignants de l’Institut veille à vous informer et à vous accompagner dans chacun de vos choix.

Réorientation

En découvrant certaines matières, il peut arriver que vous souhaitiez vous diriger vers d’autres filières proches de vos études. Sans perdre une année, certaines options du Bachelier en Sciences Humaines et Sociales vous le permettent. Ainsi, via ce choix d’options bien spécifiques mentionnées dans nos programmes, vous accédez également aux masters en :

  • Information et communication ;
  • Sciences politiques ;
  • Criminologie.

 

Investiguer, agir, intervenir, évaluer

Un diplômé en Sciences Humaines et Sociales sera capable d’écouter ceux qui sollicitent son intervention :

  • « Comment puis-je faire pour que le plan de formation continue que je dois mettre en œuvre dans mon entreprise soit efficace ? Et comment évaluer ses retombées ? » ;
  • « Notre projet de coopération vise à soutenir la relance du système de formation des enseignants du secondaire. Par quoi allons-nous commencer ? » ;
  • « Je voudrais en savoir plus sur les conditions de travail réservées aux maîtres-nageurs. Leur statut nous pose beaucoup de questions » ;
  • « Notre mouvement de jeunesse est-il vraiment ouvert à tous les jeunes, y compris ceux qui vivent dans des milieux plus défavorisés ? Comment faire pour les convaincre de venir ? ».

Des demandes de ce type peuvent provenir d’entreprises privées ou de services publics, d’organisations non gouvernementales, de pouvoirs locaux, d’associations syndicales, de mouvements divers

Pour répondre à celles-ci, la démarche est organisée et planifiée de façon rigoureuse. Le diplômé en sciences humaines et sociales peut s’appuyer sur des compétences « méthodologiques » qui recouvrent des tâches telles que la collecte d’informations, l’exploitation de la littérature scientifique existante, l’encodage des données collectées et leur analyse, la rédaction d’un rapport de synthèse. Cette composante est particulièrement importante dans la formation : collecte et traitement de données quantitatives ou statistiques, collecte et analyse de données qualitatives (récits de vie, entretiens approfondis, analyse de textes). De telles compétences servent à poser un diagnostic avant d’intervenir, avant de prendre une part active à l’élaboration de programmes de recherche, de projets d’intervention ou de développement, de politiques publiques... puis d’accompagner leur mise en œuvre et évaluer leurs résultats.

Version imprimable Page mise à jour le 16/10/2017