Projet de recherche For-Care

Projet de recherche For-CARE

Sophie Thunus et Coralie Darcis


Implémentation de trajets de soins pour les personnes internées – Une évaluation de l’évolution des soins de santé dans un champ multisectoriel

For-CARE est un projet de recherche (2015-2018) relatif aux récents développements dans l’organisation de l’accompagnement et du soin pour les personnes internées en Belgique. La recherche en soutien à la politique a été commandée par la ministre fédérale de la santé publique, Madame M. De Block.

La recherche est directement liée au Masterplan récent concernant l’internement. Avec ce plan, le gouvernement fédéral veut réduire la surpopulation dans les établissements pénitentiaires, mieux adapter les infrastructures pour assurer la réinsertion des détenus et, finalement, mettre en place des alternatives aux peines traditionnelles. Pour toutes les personnes internées, il devra désormais y avoir une infrastructure adéquate axée sur les soins humains et sur un soutien adapté. La nouvelle méthode est greffée sur un modèle de collaboration multisectorielle.

La coordination de  cette recherche est effectuée par le SPF Santé Publique, sécurité de la chaîne alimentaire et environnement, DG Soins de Santé, Soins de Santé Psychosociaux. La recherche est réalisée par un consortium interuniversitaire composé de chercheurs provenant de l’Université libre de Bruxelles (Prof.dr. Mark Leys, Maurice Pans), l’Université de Gand (Prof.dr. Freya vander Laenen, Prof.dr. Wouter Vanderplasschen, Annelies Permentier), l’Université catholique de Louvain (Prof.dr. Vincent Lorant, Dr. Pablo Nicaise, Delphine Bourmorck) et de l’Université de Liège (Prof.dr. Frédéric Schoenaers, Dr. Sophie Thunus, Coralie Darcis).

L’objectif de la recherche est de comprendre comment la nouvelle approche pour les personnes internées est mise en pratique. La recherche porte à la fois sur le fonctionnement de la coopération entre les institutions des différents secteurs et sur les trajectoires de soins pour les personnes internées.

La recherche repose sur des méthodes qualitatives et quantitatives et comprend deux phases principales.

La première phase de la recherche consiste à décrire, quantitativement et qualitativement, l’offre de soins de santé mentale pour les personnes internées. L’analyse quantitative porte sur les organismes et les projets impliqués dans les trajets de soins et sur leur clientèle. L’analyse qualitative s’intéresse davantage à la répartition géographique de ces organismes et projets, au cadre institutionnel et réglementaire dans lequel ils opèrent, et aux logiques d’action des acteurs, des organisations, des professions et des secteurs impliqués. La question de la collaboration entre les organisations relevant du domaine de la justice et celles du domaine de la santé est au centre de l’analyse.

La seconde phase de la recherche consiste en une analyse quantitative des trajectoires des usagers, une analyse qualitative des obstacles et facteurs facilitant l’implémentation d’un nouveau modèle de soins pour les internés, et enfin, de la position de la famille et des proches qui sont impliqués dans la prise en charge des internés.

Version imprimable Page mise à jour le 25/10/2016